La Psychobiologie
27 décembre 2020

En quoi la psychobiologie nous intéresse en hypnose? 

   Mon parcours m’a amené à m’intéresser au lien qu’entretiennent notre corps et notre cerveau, m’ayant libérée de certains maux par la libération de certaines émotions enfouies depuis trop longtemps. (soigner les maux par les mots…). L’hypnose, de part l’état modifié de conscience, la visualisation, l’imagination, nous permets d’accéder à d’autre part de nous… Mais serait-il possible d’agir sur notre corps seulement par la pensée? Pourrait-elle avoir un impact mesurable sur notre santé? Ceci est un sujet complet. Je vous propose juste de vous expliquer ici, qu’est ce qui se passe dans votre corps lorsqu’une pensée, bonne ou mauvaise vous arrive, afin de comprendre cette base.

Comment ça se passe concrètement dans le corps:

      Une information vous arrive (de l’extérieur) , ou une pensée (à l’intérieur). Cette pensée est d’abord filtrée, suivant notre carte du monde, c’est à dire la perception propre à chacun de percevoir ce qui nous entoure. En effet, nous percevons le monde à travers nos filtres neurologiques, à travers la culture et la société dans laquelle nous évoluons, notre éducation, nos croyances sur le monde, nos valeurs. Ces références internes filtrent donc l’information, qui est encodée dans le système hypothalamo-limbique cérébral (mémoire, apprentissages, comportements, etc.)

    Cette information passe ensuite par l’hypothalamus, qui la transforme en molécule messagère. On parle de transduction. Les neurotransmetteurs (SNA), les hormones (système neuroendocrinien), les immunotransmetteurs (système immunitaire), sont des exemples de molécules messagères… Ils sont capables d’interagir entre eux. Les molécules messagères encodent notre mémoire, nos émotions, nos apprentissages et nos comportements en schémas extrêmement personnels et individualisés relatifs à notre vécu et, jusqu’à un certain point, elles peuvent aussi utiliser ces schémas appris pour moduler tous les systèmes de notre esprit et de notre corps qu’on dit « auto-régulés ». Ces molécules suivent leurs chemins jusqu’au niveau moléculaire, au sein de chaque cellule vivante du corps !

     Les protéines à l’intérieur des cellules, ont une durée de vie de 2 heures environ (Albert, 1989). Le système se renouvelle donc sans cesse, et peuvent donc acquérir de nouvelles informations toutes les 2h. De plus, 1 gène sur 3 environ est dit “constitutif”, c’est-à-dire régulés en permanence par l’Information apportée par les molécules messagères… Cela signifie donc qu’un tiers de notre expression génétique peut être influencé par des méthodes psychologiques !

L’effet Placebo, un exemple de la puissance de l’esprit.

     Cela mériterait un article entier. L’effet placebo est un exemple incroyable de la relation corps / esprit. De nombreuses expériences très célèbres relatent les merveilles de l’effet placebo, et démontrent l’impact des croyances et des suggestions sur le corps humain et sa guérison. « Le placebo, c’est le medecin qui réside en nous » (Norman Cousin). Il a longtemps eu une connotation péjorative, mais il faut bien se rendre compte qu’il est partout: en psychothérapie, en medecine, y compris au plus haut niveau de recherche.

  A la base de l’effet placebo, une simple anecdote. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, sur le front italien, les blessés ne cessent d’affluer… mais le stock de morphine s’épuise. En désespoir de cause, Henry K. Beecher, un médecin anesthésiste américain, a alors l’idée d’injecter à ses patients une simple solution saline, en leur faisant croire qu’il s’agit de morphine.

  Les chercheurs ont montré que l’effet placebo ne se limite pas à la douleur. Dépression, stress post-traumatique, TDAH, asthme, troubles cardio-vasculaires, maladie de Parkinson… Ses champs d’application ne cessent de s’élargir. Si c’est sur la douleur que l’effet placebo est le plus étudié, c’est parce qu’il l’apaise dans 35 % des cas. Comment ? En induisant la libération d’endorphines, une molécule analgésique. Et d’autres substances peuvent aussi être relâchées. En particulier des endocannabinoïdes, qui agissent sur les maladies inflammatoires, et de la dopamine, qui joue un rôle dans certaines dépressions. C’est donc sur une large gamme de troubles que le placebo pourrait intervenir. On sait qu’il a un effet bénéfique dans 19 à 62 % des cas de stress post-traumatique. Tandis que dans la maladie de Parkinson, il peut se montrer, chez les personnes les plus réceptives, aussi efficace que le traitement habituel. Les résultats sont variables d’une étude à l’autre, mais la liste des affections qu’il pourrait com battre ne cesse de s’allonger : asthme, syndrome du côlon irritable, infections, maladie de Crohn… 

    

Bibiographie et Références:

« Devenir Superconscient » Joe Dispenza

« L’effet Placebo » Joe Dispenza

« Psychobiologie de la guérison » Ernest Rossi

« Hypnose » Olivier Lockert

« les vrais secrets de l’effet placebo » Science et vie, sept 2019

https://www.science-et-vie.com/corps-et-sante/les-vrais-secrets-de-l-effet-placebo-51442

Autres Articles…

L’enfant intérieur

L’enfant intérieur

      L’enfant intérieur, c’est l’ensemble de nos perceptions d'enfants qui se sont logées dans notre Inconscient jusqu’à l’âge de 6-8 ans. C’est également tout ce que nous avons appris sur ce qu’était un enfant par le biais de l’éducation, la télévision, etc....

La Conscience

La Conscience

    La grande Conscience, c'est ce que Platon appelait l'âme immortelle. C'est l'esprit intelligent et conscient de Max Planck, le papa de la physique quantique. La Conscience ne correspond à aucun champs physique observable connu à l'heure actuelle, et pourtant,...